Electric chair

Big Electric Chair : une allégorie ambiguë de la mort

Andy Warhol, Big Electric Chair, 1967, Encre sérigraphique et peinture acrylique sur toile, 137,2 x 185,3 cm, Centre Pompidou, Paris, copyright © Andrea Cavalieri, some rights reserved. Source : Flickr.

Andy Warhol, Big Electric Chair, 1967, encre sérigraphique et peinture acrylique sur toile, 137,2 x 185,3 cm, Centre Pompidou, Paris, copyright © Andrea Cavalieri, some rights reserved. Source : Flickr. Licence : Creative Commons.

Alors qu’il peignait les Marylin, Andy Warhol a commencé la série des Death and Disasters. Cette grande série sur le thème de la mort en comprend également d’autres, comme celle des Electric Chair dont est issue Big Electric Chair. Comme l’écrit Alain Cueff, en 1964, lors de la première exposition personnelle d’Andy Warhol en Europe, à la galerie Sonnabend à Paris, ce dernier avait pensé lui donner comme titre Death in America. Cela aurait insisté sur le fait que « le style de vie américain restait spécifique jusque dans ses manières de mourir ».

Comme cela est expliqué sur le site de la Canadian Coalition Against the Death Penalty, la chaise électrique a été inventée par Harold Brown. Ce dernier était soutenu par Thomas Edison qui cherchait à montrer que le courant alternatif, promu par l’un de ses concurrents, Nikola Tesla, était plus dangereux que le courant continu puisqu’il provoquait la mort. Il s’agissait de décider si l’on allait équiper les foyers et les villes en courant continu ou en courant alternatif. Il y avait donc beaucoup d’argent en jeu. En 1890, la chaise électrique est utilisée pour la première fois sur un être humain. Elle deviendra ainsi le symbole de la violence et de la mort en Amérique et marquera tout le XXème siècle.

Les sites du Centre Pompidou et de la Tate nous informent que Warhol a repris plusieurs fois le sujet de la chaise électrique, notamment en raison de la controverse politique qui entourait la question peine de mort en Amérique dans les années 1960. En effet, après l’exécution de Caryl Chessman, un mouvement de protestation sans précédent s’est développé aux Etats-Unis. Warhol a représenté ses chaises électriques de manière très simple, sans aucun élément superflu, ce qui renforce l’impact de l’œuvre. L’utilisation de la technique de la sérigraphie lui donne une certaine distance et froideur. De plus, le décalage entre l’emploi de couleurs vives, le rouge ici, et l’objet représenté, choque. Mais comme il est écrit sur le site du Centre Pompidou : « cette représentation d’une chaise électrique dans la chambre d’exécution s’apparente, malgré ses couleurs, à une peinture noire porteuse d’une vision foncièrement pessimiste de la société américaine. Bien plus, cette icône sale, à la mauvaise définition, mal cadrée et dont le jeu des couleurs ne respecte pas l’organisation, n’est qu’un fantôme d’image. ».

Cette représentation d’une chaise électrique inoccupée, située dans une pièce vide, et qui laisse apparaître des détails inquiétants, comme les sangles servant à attacher les condamnés, devient donc une allégorie de la mort. Le spectateur est ainsi placé en confrontation directe avec elle. Cependant on décèle une certaine ambiguïté dans le message véhiculé par cette œuvre. Warhol, en représentant des chaises électriques, s’oppose-t-il simplement à cet instrument utilisé pour donner la mort ou bien cherche-t-il également à gagner de l’argent sur un fond de provocation ? On lit justement sur le site du Centre Pompidou que « pareille peinture traduit avant tout le commerce fasciné de l’artiste avec le rien, dont la frivolité, la surface, la répétition, la mort ne sont que les différents avatars ».

Warhol déclare d’ailleurs dans une phrase non dénuée de cynisme : « On n’imagine pas combien de gens accrocheraient un tableau de chaise électrique dans leur salon – surtout si les couleurs du tableau vont bien avec celles des rideaux. ».

Cette œuvre, en prenant pour thème un instrument utilisé pour donner la mort, se détache donc beaucoup de la partie de la production de Warhol associée au Pop art. Ici, bien que l’artiste reste ambigu sur les raisons qui l’ont poussé à opter pour ce sujet, on peut déceler dans le choix d’une telle représentation, une forme d’engagement. En effet, Warhol nous met de manière brutale face à la mort. Il nous choque et l’on se demande alors comment l’on peut « faire de l’art avec de telles atrocités », pour reprendre les termes de Clémence Bigel. Mais cette représentation déstabilisante vise sans doute aussi à amener le spectateur à une prise de conscience de ce qu’est réellement la condamnation à la chaise électrique.

Auriane

Publicités

Introduction

Cette vidéo publié par l’INA est un extrait du journal de 20 heures du 20 juin 1990, sur Antenne 2.

En 1990, le journaliste d’Antenne 2 qui nous présente l’exposition Andy Warhol – Rétrospective au Centre Pompidou, nous parle de cet artiste qui a marqué les années 1960 et 1970 et s’interroge sur la légitimation de ses œuvres en tant que telles : vont-elles pouvoir s’inscrire dans l’histoire de l’art ou les oubliera-t-on peu à peu avec le temps ?

Vingt-quatre ans plus tard, Andy Warhol est toujours présent dans les programmes d’histoire de l’art du XXème siècle notamment à travers le mouvement du Pop art et sa popularité ne semble pas avoir diminuée.

Le Pop art naît, à l’origine, en Angleterre dans les années cinquante, lors de l’émergence des mass media et de la société de consommation. Mais ce mouvement sera surtout caractéristique des Etats-Unis, berceau de celle-ci. En effet, les artistes tels que Warhol vont reprendre les images de la culture de masse sans qu’elles aient en apparence subi de transformation artistique : images publicitaires, de marques, de cinéma, de télévision, etc. Selon Taylor Mead, peintre et acteur dans des films d’Andy Warhol, le Pop art est « une sorte de subversion des valeurs de la publicité qui inondent le pays » (1963). Toutes ces images en rapport avec la consommation américaine symbolisent bien l’ « American way of life ».

Andy Warhol a donc débuté sa carrière en tant qu’illustrateur commercial. Il a par la suite produit un très grand nombre d’œuvres d’art. Des peintures d’après des bandes dessinées, aux Chaises électriques, en passant par les sérigraphies de Campbell’s Soup, les portraits ou encore les autoportraits, son œuvre est également très varié. Cependant, tout comme le dit Alain Cueff, historien d’art et commissaire de l’exposition le Grand monde d’Andy Warhol, « assimiler Warhol au Pop art […] est une vision qui a le défaut de l’enfermer dans une image un peu trop simple, trop rapide, trop facile. ».

Nous allons donc nous appuyer sur ces propos et nous demander s’il n’est pas réducteur de considérer l’artiste uniquement en tant que grande figure du Pop art.

Nous essaierons de répondre à cette question à travers cinq thèmes emblématiques de son œuvre : celui du rapport à l’objet, des portraits, de l’artiste politisé, de la dimension de mort présente dans ses dernières œuvres et de sa production filmique et musicale.

Auriane et Aleksandra

Références bibliographiques complémentaires :

Encyclopédie Universalis : le Pop art

Encyclopédie Universalis : Andy Warhol